L’Ortie : Pourquoi cette plante est EXCEPTIONNELLE ? 

Commune de nos campagnes et jardins, l’ortie est l’une des plantes médicinales les plus riches et les plus puissantes de la nature, mais la majorité de nos contemporains l’ignorent… quels sont donc les pouvoirs de cette plante injustement méprisée ? 

« Connue des Gaulois et des Romains, elle figurait dans la plupart des pharmacopées anciennes. Ses vertus médicinales et ses qualités alimentaires ont été fort appréciées par nos ancêtres. »

Lorsque, au XIIe siècle, le roi d’Angleterre Guillaume le Roux demanda aux médecins de l’université de Salerne de lui prescrire un régime de vie hygiénique pour son fils, ils rédigèrent le fameux ouvrage intitulé L’École de Salerne dans lequel l’Ortie, l’Ail, le Thym et d’autres « simples » figurent en bonne place.

capture-decran-2017-02-14-a-15-53-26-min
En latin : Urtica

Après plus d’un siècle de mépris, la Médecine officielle l’a aujourd’hui réhabilitée et reconnaît ses qualités de fortifiant, de régulateur du sang et de stimulateur des fonctions digestives.
L’ortie prolifère dans les lieux laissés à l’abandon, dans les décharges publiques ou sur les terrains en friche. Comme c’est une plante dominante et tenace, elle réapparaît souvent inopinément dans les jardins les mieux entretenus.

Mauvaise réputation

L’ortie commune doit sa mauvaise réputation aux poils urticants qui garnissent le dessous de sa feuille et de sa tige, secrètant un liquide âcre contenant de l’acide formique et des enzymes analogues à celles de certains venins de serpent. Son contact provoque une démangeaison douloureuse et prolongée. Mais c’est ce liquide irritant qui représente un des éléments essentiels de la plante.

Cueillette

Pour éviter les piqûres, il faut saisir fermement la tige entre le pouce et l’index, sans laisser le reste de la main au contact de la plante.

La plante entière se consomme, en toute saison, mais les propriété actives de l’ortie sont plus actives si on la cueille au printemps, au lever du soleil, ou, lors de sa repousse après qu’elle ait été fauchée.

Culture Bio-dynamique 

Avec la prêle et la consoude, l’ortie est l’une des plantes les plus puissantes pour combattre les insectes nuisibles, ravageurs et certains champignons dans son potager. En purin, bouillie ou infusion en fonction de l’utilisation, nous empêchons ainsi les insectes nuisibles d’intervenir, sans utiliser de produits chimiques. L’ortie sert également d’activateur ou de régulateur de croissance des végétaux.

Voici la recette du Purin d’ortie frais 24H que nous employons depuis 1902 pour lutter contre les pucerons et chenilles sur nos cultures (tomates, courgettes, poivrons…) : 

○ 1kg d’ortie fraîche 

-Choisir de préférence les feuilles et le sommet de la plante récoltée juste avant la floraison et jusqu’à son début car plus puissant.

○ 10l d’eau de pluie
○ 1 petite poignée de savon noir

-laisser macérer 24 h puis filtrer.

-Diluer à 5 %, soit :
15 l de purin de base dans 285 l d’eau = 300 l/ha ou
20 l de purin de base dans 380 l d’eau = 400 l/ha

– Faire au minimum 2 ou 3 applications à 1 ou 2 jours d’intervalle.

Puis pulvériser sur le feuillage.

Biens-faits 

« De nombreuses études cliniques ont démontré que la prise d’ortie permettait de réduite de 75% la prise de médicament anti-inflammatoire et tests pharmacologiques ont donné la preuve de son efficacité et ce dans bien des domaines. »

Les Orties sont en effet des plantes fort nutritives, riches en fer, (indispensable à la reconstitution des globules rouges, et pour la bonne oxygénation des tissus), magnésium, etc.

L’ortie représente l’avantage sur les épinards de n’être pas trop acide, donc favorable aux rhumatisants, aux goutteux, et aux arthritiques. Elle contient en outre de la sécrétine, excellent stimulant hormonal des glandes digestives de l’estomac, de l’intestin, du foie, du pancréas et de la vésicule biliaire.

Cuisine

Les orties ont été dégustées depuis les temps les plus reculés, soit en légumes (même préparation que pour les épinards), soit en soupes. Mixée elle devient une soupe délicieuse et raffinée (ajouter une ou deux pommes de terre), cuire dix minutes à la cocotte minute, mixer, ajouter du lait ou de la crème fraîche avant de servir.

capture-decran-2017-02-14-a-15-52-02-min

La « soupe d’orties » de nos grands-mères était un véritable régal. Séchée ou cuite, les orties ne sont plus irritantes. Au contraire, elles sont douces comme un velours sur la langue…

Dans certaines régions de France, on mange les jeunes pousses de l’ortie blanche (qui elle ne pique pas) soit en potage soit en vinaigrette ou même crues comme au XVIIIe siècle.

Dès lors, nous sommes certains que vous ne verrez plus cette fabuleuse plante sauvage, du même oeil.

Le Maraîcher Gourmand,

 

👁‍🗨 Vous êtes toujours plus nombreux à suivre notre mouvement ici sur Facebook, merci !👍🏽

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Nettle Boy dit :

    Merci pour cet article sur cette plante qui mérite d’être redécouverte !

    Aimé par 1 personne

  2. Derguini dit :

    Ca a l air delicieux .A essayer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s