Tomates de plein champ : une saison à mildiou

Vous nous aviez suivi dans un précédent article consacré à la préparation des semis de tomates et leur plantation en mai dernier. Après un printemps particulièrement catastrophique, revenons sur l’état de santé des plants de tomates. Quels dégâts causés par le mildiou ? Comment avons nous stoppé la propagation du champignon ? Et comment évoluent-t-elles ?

Nombreux sont les jardiniers confrontés à des maladies sur leur culture .. et ce qu’ils aient traité ou non  (avec de telles conditions, même la bouillie bordelaise n’est pas toujours suffisante).

Qu’est ce que le champignon Mildiou ? 

FullSizeRender

Le mildiou est donc une maladie cryptogamique, ce qui signifie qu’elle est causée par un champignon microscopique (phytophtora infestans pour le mildiou sévissant sur la tomate ou la pommes de terre, Peronospora parasitica pour les crucifères ou plasmopara viticola pour la vigne).

Le mildiou se manifeste tout d’abord par des tâches jaunâtres et d’aspect huileux sur la face supérieure des feuilles. Sur la face inférieur, on observera un feutrage.

Rapidement ces tâches noirciront et le feuillage se desséchera complètement en quelques jours.De même des tâches concentriques brunâtres peuvent apparaître sur les tiges et causer rapidement le brunissement des bouquets terminaux qui vont se recroqueviller et mourir.

Enfin, les fruits vont pourrir…

Si la plante est entièrement atteinte, elle se desséchera complètement en quelques jours.

Les conditions de développement du mildiou

Le champignon responsable du mildiou hiverne dans le sol et ses germes sont transmis par voie aérienne dans des conditions d’humidité importante et des températures moyennes (la maladie cesse de se développer lorsque les températures sont supérieures à 26-28°C)

Prévenir le mildiou

Protéger de la pluie

La méthode de protection la plus efficace contre le mildiou consiste à protéger les plants de la pluie.

Que ce soit avec un simple auvent transparent, une housse spéciale à tomates ou plus simplement une serre (bâche plastique ou verre), le simple fait de cultiver sous abri limitera très fortement les risques de mildiou, à condition toutefois de suffisamment aérer la serre, sans quoi la forte humidité résultant d’une mauvaise aération, en ralentissant le séchage des plants, risque elle aussi d’engendrer du mildiou (ou autres maladies cryptogamiques).

Ne pas tailler

Les plaies engendrées par la taille sont des portes d’entrée du mildiou et autres maladies cryptogamiques.

Le fait de ne pas tailler limitera donc les risques. Toutefois, il est alors essentiel d’espacer plus les plants pour permettre une aération suffisante.

Traiter en préventif

Les différents traitements existants ne guériront pas le mildiou. Ils sont toutefois utiles en préventif, avant l’apparition de la maladie, mais également lorsque celle-ci est présente et pour éviter alors qu’elle ne se propage à tout le plant.

La bouillie bordelaise ou autre produits à base de cuivre

Les produits à base de cuivre sont communément utilisés depuis longtemps pour prévenir du mildiou.

 3  remarques :

  • les souches de champignon les plus récentes semblent plus virulentes et la bouillie bordelaise n’est plus toujours efficace (d’où la commercialisation de produits de traitements chimiques de plus en plus toxiques);
  • le cuivre est phyto-toxique et nuit en particulier à la floraison (lisez les recommandations d’emploi sur les emballages de bouillie bordelaise);
  • le cuivre s’accumule dans le sol avec des conséquences importantes sur la vie de celui-ci et notamment sur les populations de vers de terre.

Pour ces raisons, nous nous refusons depuis maintenant quelques années à utiliser trop de cuivre au jardin.

Le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude est une alternative intéressante à la bouillie bordelaise :

  • Versez 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau.
  • Ajoutez 1 cuillère à café de savon noir (ou de Marseille).
  • Dès la plantation, vaporisez le mélange sur la plante entière.
  • Répétez l’opération une fois par semaine durant deux mois et après chaque pluie.

Notez également que, tout comme la bouillie bordelaise, le bicarbonate de soude nuit à la floraison.

Le purin d’ortie ou de prêle 

Des traitements répétés au purin d’ortie ou de prêle ont une certaine efficacité pour prévenir du mildiou…

Éliminer les parties atteintes

Supprimez le feuillage et les branches atteintes (évidemment si cela ne concerne pas tout le plant…). Cela évitera la propagation immédiate.

Vous pouvez mettre les feuilles malades au compost. La montée en température de ce dernier détruira les germes du champignon. Certains considèrent qu’un tel compost aurait même des propriétés protectrices contre le mildiou…

Ne pas cultiver au même endroit

Si le mildiou a sévi chez vous, il sera préférable de vous abstenir de cultiver à nouveau des tomates au même endroit pendant au moins 5 ans.

Sachez que si les plants ne sont pas complètement atteints, et que les conditions météorologiques le permettent, il est possible de stopper la propagation de la maladie.

En effet depuis quelques jours, les températures sont rapidement montées aux dessus de 27°  ce qui stoppe la maladie. Nous estimons tout de même avoir perdu environ 400 pieds de tomates. Mais malgré cela, nous sommes confiant et restons optimiste. La culture peut être ingrate mais elle nous apprend à philosopher sur les aléas de la vie.

Et vous comment se porte votre potager ?

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s